Bienvenue sur www.sos-ecriture.fr

écriture cursive dysgraphie 
A COMPTER DU
18 JUILLET 2014,
Les consultations auront lieu au
113 rue du Général Gouraud
à Obernai.
Pour se garer, utiliser le Parking de l'Altau, gratuit.


La rééducation de l'écriture est une spécialité méconnue dont le but est de traiter et corriger la dysgraphie et plus généralement les troubles liés à l'écriture manuscrite : illisibilité, lenteur, douleurs. Quel que soit l'âge, il est possible de restaurer son geste graphique et d'améliorer son écriture en quelques séances.


J'ai créé ce site, car je suis rééducatrice en écriture. Vous trouverez ici tout ce qu'il faut savoir sur cette spécialité, ainsi que des conseils pour  vaincre la dysgraphie, et éviter de la provoquer.

Mon cabinet est situé à Obernai, en  Alsace, mais je travaille en collaboration avec d'autres cabinets de rééducation en écriture en France, entre autres à Paris et en Bretagne.

Ce site évolue au fil de mes réflexions. Pour vous y retrouver, voici quelques thèmes:

Papier Gurvan

Je propose sur ce site (cliquer ici pour voir l'ancien article) un papier coloré, basé sur le papier Seyès, mais plus simple d'utilisation pour les débutants et les enfants en difficulté.

Jusqu'à présent, il était proposé seulement en format 21x29.7 ce qui n'était pas forcément pratique pour coller dans les cahiers petits formats.

Vous trouverez donc ci-dessous les mêmes lignages en 3 formats de papiers différents, et 3 tailles de lignage.

Format 21x29.7 standard.
Format 12x17, collable dans un petit cahier en gardant la marge du cahier
Format 16x19, collable dans un petit cahier, la marge se trouve sur le papier coloré.

Chaque papier existe en 2mm ( format des règlures Seyes grands carreaux normales)  ou en format agrandi (2.5mm ou 3mm).



Papier format 21x29.7 lignage 2mm
Papier format 16x19 lignage 2mm avec marge
Papier format 12x17 lignage 2mm sans marge
Papier format 21x29.7 lignage 2.5mm
Papier format 16x19 lignage 2.5mm avec marge
Papier format 12x17 lignage 2.5mm sans marge
Papier format 21x29.7 lignage 3mm
Papier format 16x19 lignage 3mm avec marge
Papier format 12x17 lignage 3mm sans marge







Conférence "prévenir la dysgraphie" sur Nîmes, le 9 avril 2014

MERCREDI 9 AVRIL 2014 – 14 h 00

Lieu : Mgen du Gard, 5B Avenue de la Méditerranée, à Nîmes

CONFÉRENCE

« Prévenir la dysgraphie : que faire avant d'écrire pour bien écrire »

par Mme Isabelle GODEFROY, enseignante et rééducatrice des troubles de l'écriture

Entrée libre et ouverte à tous, enseignants, parents, éducateurs et étudiants

Organisée en partenariat avec l'association  IGEM30-Pédagogie Freinet

Programme/présentation

L’écriture cursive pose toujours problème à de nombreux enfants avec, pour nombre d’entre eux, des conséquences scolaires, psychologiques et sociales.
Il s'agit d'une conférence destinée à toute personne concernée de près ou de loin par la petite enfance, parents, enseignants de maternelle, éducateurs de jeunes enfants, afin d'informer et donner des conseils qui permettent de prévenir la dysgraphie par des actions préventives permettant de réduire le nombre d'enfants en difficulté d'écriture.
Seront évoqués les points suivants
•la dysgraphie
•des conseils pratiques destinés à préparer l'enfant à bien tenir son crayon, je donnerai des critères de choix pour choisir les outils adaptés, j'évoquerai les postures, les jeux possibles...
•les fondements de l'écriture, la latéralité, le cas des gauchers et la modélisation de l'écriture.

Un temps d'échange clôturera la conférence.

Programme de la formation des enseignants du primaire, Alsace, 5 avril 2014

Voici le programme de la formation des enseignants du primaire que j'organise le 5 avril 2014 au centre Arthur Rimbaud à Obernai (Alsace).

Cette formation est destinée principalement aux enseignants du primaire (une formation ultérieure sera destinée aux enseignants de maternelle). La formation est sur inscription uniquement, le nombre de places étant limité à maximum 15 participants.

Attestation de formation  fournie. Le coût est de 70€par personne.

Pour plus de renseignements et réserver votre place, contactez moi à l'adresse info@sos-ecriture.fr

journée de formation
" enseigner le geste d'écriture en primaire  "


9h-11h  les outils de l'écriture et leur utilisation
Posture
Format et taille du papier
Choix du lignage
Importance de l'adaptation du mobilier 

11h-12h Latéralisation du jeune scripteur
Un doute dans sa latéralité : que faire?

13h-14h30 Les contingences spatiales
Gérer l'espace feuille
Respecter le lignage et la taille des lettres

 14h30-16h Formes et mouvement
Quelles lettres, dans quel ordre
Comparaison de différentes méthodes d'écriture

16h-17h  Divers, selon demandes du groupe

Peut-on enseigner lecture et écriture en parallèle? 
Les majuscules calligraphiées 

En savoir plus :


Finger eyes : des exercices pour délier les doigts

Je ne résiste pas à partager avec vous cette vidéo sur la gymnastique de motricité fine des doigts réalisée par ma collègue Célia Cheynel, rééducatrice de l'écriture en Bretagne.



Ces exercices, outre leur aspect ludique indéniable, permettent de préparer la prise correcte du stylo, et le mouvement des doigts pour une écriture cursive fluide et rapide.

Psychomotricité et écriture des enfants précoces

Dans de précédents billets, je vous avais parlé des troubles de l'écriture cursive des enfants précoces. France info a récemment interviewé une psychométricienne à ce sujet.



Si je partage tout à fait le diagnostique de ma collègue, nous avons des approches différentes dans le traitement de ces difficultés d'écriture spécifiques aux enfants à haut potentiel. 

Je travaille moins les aspects de prise de conscience du corps  à l'espace que le ferai une psychométricienne (si ce n'est l'espace de la page). En revanche j'insiste plus sur entamer tout de suite des exercices de motricité fine qui permettent des progrès rapides dans l'écriture : pour moi c'est important que les progrès soient sensibles rapidement pour avoir une bonne dynamique de progression. Particulièrement avec les enfants à QI élevé, qui ont des attentes importantes et ont besoin de comprendre la démarche pour adhérer pleinement à la rééducation.

Bref, psychomotricité et rééducation de l'écriture: des approches différentes, mais tout à fait complémentaires.


Pierre 8 ans, une belle écriture

Quand Pierre a vu ses progrès en écriture, il m'a demandé avec un grand sourire si son écriture serait en exemple sur mon site. Voilà qui est fait.


L'écriture de Pierre était lisible avant la rééducation, mais certaines lettres étaient trop grosses, l'écriture ne tenait pas sur les lignes, et les lettres rondes démaraient dans le mauvais sens. Ce genre de détails ne vont pas en s'arrangeant tout seuls en général.

 Encore un grand bravo, Pierre.


Voir aussi :

  • la lettre e  : forme de base de l'écriture cursive

  • l'amorce des lettres rondes

  • dix idées reçues sur la dysgraphie
  • A qui s'adresse la rééducation en ecriture ?

    améliorer son écriture cursive
    améliorer son écriture est possible à tout âge

    La rééducation en écriture s'adresse à toute personne qui éprouve des difficultés avec son écriture manuscrite.
    •  Le plus souvent, la rééducation en écriture concerne enfants et adolescents rencontrant des difficultés scolaires liées à des troubles de l’écriture. Celle-ci peut être douloureuse, trop lente, perçue comme  illisible, trop fatiguante...
    •   La rééducation en écriture s'adresse également aux personnes ayant subi la perte de l’usage d'une main suite à un accident ou à une maladie.
    •   La rééducation en écriture s'adresse bien évidemment à toute personne qui n'aime pas son écriture ou bien qui souffre d'être illisible et ressent le besoin d'améliorer son écriture, 
    • Enfin, la rééducation en écriture s'adresse aussi aux adultes n’ayant jamais appris à écrire : il ne s'agit plus ici d'une rééducation à proprement parler mais d'un nouvel apprentissage spécifique à l'adulte.
    Il ne s'agit pas de faire des lignes d'écriture, mais de restaurer les éléments fondamentaux du geste nécessaire pour une écriture cursive fluide, rapide, confortable et lisible.

    • La rééducation en écriture peut commencer dès l'âge de 6 ans. Rarement, elle peut commencer plus tôt, en maternelle ou au CP, mais il ne s'agit alors pas véritablement d'une rééducation : il s'agit plus d'un coup de pouce pour acquérir les bonnes habitudes dès le plus jeune âge.
    • Les personnes souffrant d'handicaps particuliers comme la trisomie ou l'autisme peuvent également retirer des bénéfices d'une rééducation de l'écriture.

      Formation des enseignants du primaire le 5 avril 2014

      Samedi 5 avril 2014 aura lieu la première session de formation à l'écriture cursive pour les enseignants alsaciens. A l'image de ce qui se fait dans d'autres régions, les enseignants alsaciens qui le désirent vont pouvoir compléter leur expérience de l'enseignement de l'écriture par une formation pratique.

      La première journée sera destinée plus particulièrement aux enseignants du primaire. Une seconde journée sera plus axée sur les besoins des enseignants de maternelle.

      Des mises en situation succèdent à la théorie, des manipulations favorisent l'intégration des concepts, des vidéos et photos vous permettent de mieux visualiser les situations rencontrées au quotidien et des documents pédagogiques vous donnent une base de travail.

      Nous verrons ensemble comment établir une progression pédagogique adéquate, aborderons les sujets de la tenue de crayon et de la posture, de la latéralité, de la gestion de l'espace feuille, de l'ordre d'enseignement des lettres ou encore des outils à privilégier.

      Afin de pouvoir répondre précisément aux attentes des enseignants inscrits, le nombre de place est limité à maximum 15 participants.

      Convention de formation et attestation de formation. 70€par personne.  Sur inscription uniquement.

      Le programme de la formation est disponible ici.

      Pour plus de renseignements et réserver votre place, contactez moi à l'adresse info@sos-ecriture.fr



      La dyspraxie, qu'est-ce que c'est ?

      dyspraxie
      La dyspraxie (plus officiellement trouble d'acquisition des coordinations TAC) est une altération de la capacité à exécuter de manière automatique des mouvements déterminés, en l'absence de toute paralysie des muscles impliqués dans le mouvement. 

      Une praxie, c’est un geste qui a été appris, c’est-à-dire le résultat d’une coordination motrice volontaire, non spontanée, par exemple l’écriture. Une fois le processus acquis, ce geste et cette tâche semblent définitivement spontanés : ils sont en fait devenus automatiques. La dyspraxie, c’est le trouble qui entrave la coordination et la planification des gestes. Le dyspraxique n’acquiert que difficilement ces automatismes, c’est comme si il devait les réapprendre sans cesse.

      Le sujet doit contrôler volontairement chacun de ses gestes, ce qui est très coûteux en attention, et rend la coordination des mouvements complexes de la vie courante extrêmement difficile. Ainsi la "simple" automatisation du geste d'écriture devient pour ces enfants un exercice requérant toute leur attention, au détriment du contenu de ce qu'ils écrivent. Cela induit pour la personne dyspraxique un effort exorbitant et pourtant insoupçonné, qui ne lui permet pas de dégager suffisamment de ressources intellectuelles pour les autres aspects du langage écrit : concevoir, prêter attention au sens et à l’orthographe, synthétiser, organiser, développer. C'est ce que l'on appelle la surcharge cognitive. Il en résulte une grande fatigabilité et à long terme un découragement de l’enfant dyspraxique dans son parcours scolaire.

      L'écriture n'étant pas portée par le mouvement, rien que de tenir la ligne d'écriture requiert de ces enfants toute leur énergie. C'est pourquoi dyspraxie et dysgraphie sont si souvent associées.

      Dans la majeure partie des cas, ces difficultés de coordination des praxies sont associées à des troubles oculomoteurs. Cette difficulté à acquérir des stratégies de regard efficaces est extrêmement pénalisante dans la vie courante puisqu’elle compromet l’accès aux informations présentées visuellement. 

      La dyspraxie est un handicap peu connu, présent dès la naissance, qui concernerait pourtant un pourcentage important d'enfants (5 à 7 % des enfants de 5 à 11 ans, selon le Haut Comité de santé publique). La dyspraxie passe souvent inaperçue en maternelle, au CP et même plus tard dans la scolarité, car elle est un handicap invisible. Ces perturbations apparaissent en effet en l’absence de lésion cérébrale avérée. De ce fait, la dyspraxie est parfois mise sur le compte d'un retard intellectuel d’une immaturité de l’enfant, d’un trouble affectif ou d’un manque de stimulations. Elles sont en fait le reflet d’un dysfonctionnement du cerveau.

      Les difficultés à mettre en œuvre les adaptations nécessaires des supports scolaires qui permettraient aux élèves dyspraxiques d’accéder aux compétences de leur classe d’âge conduisent chaque année des dizaines de milliers d’enfants d’intelligence normale et même bien souvent supérieure à la moyenne vers un échec scolaire. Une coopération étroite entre l’équipe pédagogique, les intervenants médicaux et paramédicaux et les parents est indispensable à la mise en œuvre de moyens de compensation au sein de l’école.

      Symptômes possibles :
      • troubles du développement moteurs : lenteur, maladresse, difficulté à exécuter des mouvements volontaires et coordonnés (marche, bicyclette, nage, jeux de balle, couper sa viande, s'habiller, se brosser les dents, nouer ses lacets)
      • Dysgraphie : difficulté à écrire à la main et à automatiser l'écriture manuelle.
      • troubles oculaires (oculomoteurs) : saccades et poursuite oculaire, fixation oculaire : difficultés à lire, à suivre sa ligne, à se repérer sur une page et à adopter une stratégie d'exploration de la page.
      • troubles de la parole : apraxie bucco-linguo-faciale, difficultés d'élocution
      • troubles orthophoniques (pseudo-dyslexie entrainée par la dyspraxie / dysgraphie), difficultés du langage écrit
      • troubles logico-mathématiques : difficultés à poser des opérations en colonnes, à appréhender les faits mathématiques, problèmes de séquences, difficulté à se positionner dans le temps…
      Le diagnostic est posé lors d'un bilan neuropsychologique complet généralement réalisé en centre hospitalier. Le suivi de l'enfant est réalisé par un neuropédiatre.

      pour aller plus loin :