Pourquoi je déconseille d'utiliser la police Cursivécole

Il existe un site web bien pratique qui a pour but de simplifier la tâche des enseignants en leur permettant de faire leur modèle directement à l'ordinateur, Cursivécole.
Malheureusement, je ne peux pas recommander son utilisation pour l'enseignement de l'écriture au CP. Voici un aperçu de quelques points problématiques à mon sens qui devraient vous convaincre de faire vos modèles dans les cahiers à la main, ou d'utiliser un cahier tout près tel le cahier Pierson que vous pouvez feuilleter en cliquant ici.

Premièrement, les leçons d'écriture seront imprimées ou photocopiées, pour être collées dans les cahiers. Quel intérêt d'avoir un cahier Seyès dans ce cas ? De plus, un cahier rempli de feuilles collées par des petites mains de CP qui ne savent pas coller droit ni travailler sans mettre de colle partout devient vite un vrai torchon.

Ne perdons pas non plus de vue que le lignage très noir n'est pas facile à utiliser : il est certes très contrasté, mais en l'absence de couleu,r le lignage est terne. Il est difficile pour l'enfant de se repérer à l'intérieur. C'est d'autant plus dommage que le cahier dans lequel la feuille sera collée est bien mieux adapté pour écrire.


Regardons maintenant la police et quelques-uns de ses défauts :

Voici le modèle du mot "elle" :
Modèle Cursivécole
Les "e" utilisés sont des "e" apraxiques, c'est à dire des "e" avec un arrêt dans le mouvement. Il commencent... au milieu de l'interligne ! C'est tout de même un comble : on utilise déjà un lignage compliqué qui comporte beaucoup de lignes, mais non, on ne commence pas sur une ligne, mais entre deux. Cet exercice est particulièrement difficile pour de jeunes scripteurs. En comparaison, le modèle donné dans le cahier Pierson est à la fois plus lisible, plus fluide, et plus facile à réaliser.

Modèle du cahier Pierson, Éditions MDI

Continuons maintenant avec le mot "le" :
Modèle Cursivécole

On note que le "l" commence maintenant sur la 1ère ligne et non sur la ligne de base... Pas évident dans ces conditions pour l'enfant de comprendre comment s'enchaînent un "e" (qui se termine sur la ligne de base) et un "l "(qui commence sur la première ligne...)


Modèle du cahier Pierson, Éditions MDI

En comparaison, le modèle Pierson est bien plus logique pour un petit CP : le "l" commence bien sur la ligne, et finit sur la ligne, comme le "e". Quoi de plus simple ?

Continons maintenant avec les mots "une tête" :
Modèle Cursivécole
Le "u" et le "t" commencent en l'air, sur la première et sur la deuxième ligne. Comment enchaîner les lettres dans ces conditions ? En fait, ce n'est pas possible : pour écrire "et" le modèle montre bien qu'on s'arrête après le "e", que l'on doit lever le crayon pour aller le poser sur la seconde ligne afin de faire le "t". L'écriture n'est pas fluide, il y a des arrêts inutiles. 
Modèle du cahier Pierson, Éditions MDI
En comparaison, le modèle Pierson est toujours aussi simple et logique : Pas d'arrêt dans l'écriture, les "t" sont faits comme des pointes, ils commencent et finissent sur la ligne, comme la lettre "e" qui s'enchaîne naturellement.

Quant à l'enchaînement des lettres "u" et "n" dans le mot "une", on repère aisément qu'il présente une cassure dans le modèle Cursivécole : la liaison est anguleuse au contact de la ligne, ce que vont s'empresser de reproduire les élèves. Ils risquent d'écrire lettre à lettre, chaque lettre étant immuable de forme comme dans une police informatique non contextuelle. Observez au contraire la fluidité dans le modèle suivant des mots "une minute" !


Modèle du cahier Pierson, Éditions MDI
Un problème de tenue de ligne pour continuer :
Modèle Cursivécole

Dans le mot "gigot" ci-dessus, on se demandera pourquoi les lettres du modèle ne touchent plus la ligne, non plus que les jambages des "g". Pourtant, les mots précédents étaient bien en contact avec la ligne. Il s'agit d'un bug qui survient dans certains cas. Cela peut paraitre anecdotique, mais c'est en fait extrêmement important, les enfants ayant tendance à reproduire et amplifier les défauts du modèle... De plus, on sent encore bien qu'il faut lever le crayon pour faire le "i" après le "g".

Ajoutons pour terminer la bouclette présente dans la lettre "k" :

Modèle Cursivécole
Quand vous savez que l'espace entre deux lignes fait deux mm (deux mm !), comment voulez-vous qu'un enfant de CP y arrive ? Par ailleurs, vu comment commence la lettre "k" parfaitement verticalement, je me demande bien comment ils vont faire pour la lier de façon fluide à la lettre précédente...

Je termine là mon article, pas la peine de passer en revue tous les défauts, j'espère vous avoir convaincus de ne pas utiliser Cursivécole.

Pour les enseignants qui ont tout de même besoin de l'informatique pour faire leurs modèles, j'ai une bonne nouvelle : la police utilisée dans le cahier de Laurence Pierson aux éditions MDI est la police Belle Allure (avec quelques modifications minimes, notamment la lettre "y"), téléchargeable ici gratuitement.




Sinon, le cahier Pierson est un excellent choix pour exercer les petites mains à apprendre à écrire.